A Montagn’Hard, Saint-Nicolas-De-Véroce, 103km/8500+, les 6 et 7 juillet 2017

A Montagn’Hard, Saint-Nicolas-De-Véroce, 103km/8500+, les 6 et 7 juillet 2017

Au programme, 107 km, 8500 m D+, 3 sommets, des cols, lacs et torrents, une passerelle suspendue au-dessus d’un torrent fougueux, une longue crête aérienne face au Mont-Blanc. Départ à 5h du matin, un temps limite de 35h maxi 300 coureurs maximum mais 118 inscrits… Ça vous donne comme l’idée que c’est pas du gâteau pour tous… Mais la Montagn’Hard ne serait pas ce qu’elle est sans ces difficultés qui en font la réputation.

Et pour le coup, il faut noter le petit nombre de filles mais également le peu d’abandons chez ces nanas (moins de 20%) alors que chez les garçons ça a été plus dur (50% !). Des dures à cuire les filles ! “Peu nombreuses au départ (c’est dommage d’ailleurs) mais une fois engagées, elles assurent jusqu’au bout !”

Et j’avais la chance d’être accompagnée par 3 supportrices de choc, qui m’ont fait la super surprise d’être sur un des ravitos alors qu’elles n’étaient même pas véhiculées !

Au final notre Hélène fait une très belle course, 79ème, 8ème femme et 2 V1F si on ne comptait 3 V2F devant elle. Les V2 comme chez les hommes étant particulièrement costauds sur cette course. Félicitations Hélène !

Hélène nous compte sa course : Faisons dans le synthétique : la Montagn’Hard, ça monte et ça descend !
4 kilomètres de moins cette année …. mais les quelques km de plat (5km aux Contamines) ont tout simplement disparu, remplacés par une magnifique ascension de 1000D+ “dré dans l’pentu” comme on dit ici !  Jamais vu une ascension pareille, on aurait presque été tenté de la faire en rappel …171 au départ sur 108km de course : on est très rapidement tout seul, et pendant trèèèèès longtemps. A quoi pense le trailer me direz-vous ? Et bien le jour, il admire le paysage, qui en Haute-Savoie, est juste somptueux. Mais la nuit, forcément, il se demande ce qu’il fout là. Surtout quand notre logeuse avait prévu une raclette et que les copines ont sorti le molki ….Ah ce qu’on aimerait être avec elles tout d’un coup ! Et puis hop, on se dit qu’il faut se dépêcher de rentrer et que plus jamais on ne nous y reprendrait ! Oui mais voilà, alors que la ligne d’arrivée est franchie, et que la bière offerte à l’arrivée est vite avalée, on oublie déjà les promesses qu’on s’était faites et on se met à penser au prochain trail 🙂

Allez, une petite anecdote pour finir… Un des concurrents, en tête de course, s’est tapé 900D+ et 10 bornes supplémentaires, à cause d’un débalisage tout autant volontaire que stupide. Et bien ça ne l’a pas empêché d’arriver 5ème et avec le sourire s’il vous plait !!!  C’est ça aussi l’esprit trail !Facebook de la course : https://www.facebook.com/La-Montagnhard-152886823859/
Le site de la course : http://lamontagnhard.com/?page_id=969&lang=fr

Place

Coureur

Tps cumulé

Différence

Cat.

Class Cat

Class Sexe

1

Vergès Samuel

18:51:10

00:00:00

SEH

1

1

20

Berna Marie

23:51:38

05:00:28

SEF

1

1

40

Michaud Corinne

26:02:09

07:10:59

V1F

1

3

79 Tangapregassam Hélène

29:40:47

05:49:09

V1F

2 8
Trail des Moulins, 50km/900m+ et 25km/400m+ à Mondeville le 2 juillet 2017

Trail des Moulins, 50km/900m+ et 25km/400m+ à Mondeville le 2 juillet 2017

Les moulins sont dans l’Essonne, pas très loin de Paris et de Charenton donc mais pourtant c’est dans un décors très dépaysant que ça se passe. L’aventure à travers des sentiers, des chemins et les bois du Gâtinais, longeant l’Aqueduc de la Vanne et passant près d’anciens moulins à eau dont le célèbre moulin de Claude François à Dannemois.

Mais qu’allait faire Eric K, toutes ses dents et ses deux jambes là bas ? Il s’est levé ce matin là et en buvant son Tuocha s’est écrié “mais bon sang c’est bien sur” en se rappelant le trail ou il s’était inscrit un jour de beau temps il y a longtemps ! Sauf que là pour le coup, il a vraiment fait moche et flotté tout du long : ” Ma grande aventure du week-end s’est déroulée dans une contrée magnifique quoique très humide. Il pleuvait …..mais il pleuvait … Bon c’est du trail aussi !”.

Et ça me rappelle un jour de canicule ou de même, un matin, Emma appelle son Lapinou Zaza pour l’emmener courir ce 50 bornes… Et là un gros cagnard avec quelques 30°C. Évidemment, ils se sont pointés tous les deux sans gourde pour finir sur le podium scratch chacun…

Il y a de l’histoire à l’Azur Charenton et donc Eric K. n’y a pas échappé, avec bonheur d’ailleurs : “Je suis parti assez vite finalement… EN fait le départ est commun avec le 25 km !  J’ai vite trouve mon rythme : c’est une course avec des chemins au milieu des champs puis des traversées de bois avec des montées et descentes. (Normal pour un Trail).  A la bifurcation du 50 km, je me suis retrouvé seul, tout seul ! … J’ai avancé, avancé, en prenant garde au balisage. J’ai toujours couru pendant les 50 bornes. Vers la fin de course, je me suis fait rattraper par deux coureurs : impossible de lutter mais même si la fin de course a été dure, je suis content car je n’avais pas couru depuis la séance de piste avec medhi balaa “. Et de rajouter “mais je ne pensais pas faire la course …”… (Ca aussi c’est l’Azur parfois….)

Organisé dans une ambiance hyper conviviale par l’association Mondeville Trail Aventure avec le concours de l’association Trail 91, deux courses avec 50km pour environ 900D+ et le 25km pour 400D+ avec un seul départ commun pour tous à 13h.

On choisi sa course au kilomètre 13 et c’est là qu’Eric K. s’est réveillé, ou peut-être pas d’ailleurs… Longtemps 4ème au scratch, au final, il termine 6ème avec un beau podium à la clé, 1er dans sa catégorie !  

Eric est super content en fait car il avait d’autres motivations ces dernier temps et n’avait pas oublié le barbecue géant d’après course offert à tous les coureurs !

 

Nom Temps Rang Cat Place
GANDELOT Benoit 03:51:03 1 SEM 1er
KALICINSKI Eric 04:37:37 6 V2M 1er

Le site de la course : http://www.traildesmoulins.com/

La page Facebook : https://www.facebook.com/traildesmoulins/

Trail de Sancerre 15km/500+ et 35km/1100+ le 17 juin 2017

Trail de Sancerre 15km/500+ et 35km/1100+ le 17 juin 2017

Le  journal Le BERRY Républicain avait prévenu : “On a testé le 15 km du Trail de Sancerre : tout sauf une promenade de santé !”  24°C à l’ombre et justement dans les vignes il n’y en a pas.Bravo à tous, on attend les récits et les commentaires …

  

Le site Internet de la cours / http://www.trail-de-sancerre.com/
Les résultats détaillés :
https://protiming.fr/files/3373_TrailDeSancerre_LAFILLETTE-15KM.pdf
https://protiming.fr/files/3373_TrailDeSancerre_LAMAGNUM-35KM.pdf

LA FILLETTE 15km
Nom – Prénom
Place Tps Réel Catégorie km/h Tps Officiel
VINCENT Renaud 3 01:10:00 SEM (2 / 425) 12.8 01:10:03
KEROUEDAN Steven 5 01:12:25 SEM (4 / 425) 12.4 01:12:29
AUSTRUY Fabrice 9 01:14:02 SEM (6 / 425) 12.1 01:14:06
BOULAHYA Redouane 44 01:21:45 SEM (26 / 425) 11.0 01:21:49
BIGOT SAZY Marie anne 49 01:22:13 SEF (3 / 192) 10.9 01:22:18
GAREAU Luc 87 01:26:57 SEM (46 / 425) 10.3 01:27:23
JULIER Eleonore 88 01:27:17 SEF (5 / 192) 10.3 01:27:26
CERVANTES Eric 155 01:33:02 V1M (47 / 345) 9.6 01:33:41
GALMICHE Coline 185 01:34:42 SEF (12 / 192) 9.5 01:35:19
VEST Frederic 191 01:34:55 V1M (54 / 345) 9.4 01:35:08
JOURDIN Genevieve 328 01:42:23 V3F (1 / 13) 8.7 01:42:51
DREAN Christian 545 01:51:19 V2M (60 / 177) 8.0 01:51:30
FRIEDLANDER Lucie 567 01:52:25 V1F (19 / 144) 8.0 01:52:41
MAHMOUD Firas 758 02:00:45 SEM (286 / 425) 7.4 02:00:56
PAULHIAC Jean luc 796 02:02:18 V2M (101 / 177) 7.3 02:03:40
NDAO Sukeyna 1042 02:13:37 V1F (67 / 144) 6.7 02:14:59
KICKA Severine 1043 02:13:37 SEF (106 / 192) 6.7 02:14:59
MAHIEU Martine 1056 02:14:18 V2F (23 / 52) 6.7 02:15:38
BUDOC Sylviane 1122 02:17:49 V2F (28 / 52) 6.5 02:18:09

DELMAS DOMINIQUE

1480

02:59:13

V3F (15 / 15)

5.0

02:58:54

MAHIEU YANN

1481

02:59:13

V2M (184 / 185)

5.0

02:58:25

LEMMET LAURENCE CLAIRE

1482

02:59:13

V2F (62 / 64)

5.0

02:58:26

CABY VAHDATE FRANCK

1487

03:19:37

V3M (43 / 43)

4,5

03:19:20

 

LE MAGNUM 35Km
Nom – Prénom
Position Tps Réel Catégorie km/h Tps Officiel
ALLONGUE Antoine 12 02:51:38 V1M (5 / 102) 11.5 02:51:36
PERROT Christophe 47 03:20:01 V2M (1 / 33) 9.9 03:19:59
MANGIN Frederic 67 03:26:34 V1M (23 / 102) 9.5 03:26:32
JAEGER Emmanuelle 71 03:27:45 V2F (1 / 5) 9.5 03:27:43
THEVENET Claire 116 03:39:54 SEF (6 / 12) 9.0 03:39:52
LEMMET Alain 163 03:48:48 V2M (12 / 33) 8.6 03:48:46
DUTHILLEUL Guillaume 168 03:50:15 SEM (73 / 99) 8.6 03:50:12
LARNAUDIE Benoit 321 04:15:54 V1M (118 / 140) 7.7 04:15:37
BERNARD Joseph etienne 377 04:28:54 SEM (138 / 138) 7.3 04:28:36
Trail-du-four-à-chaux à Nandy, 26km, le 2 octobre 2016

Trail-du-four-à-chaux à Nandy, 26km, le 2 octobre 2016

Le trail du four a chaux se déroule à Nandy dans le département de l’Essonne, à quelques 30km de Paris. Un parcours technique avec beaucoup de relances sur une boucle de 11km variant les parties roulantes sur chemins forestiers, les mono-trace et les montées courtes et raides, Un superbe paysage avec la vue plongeante sur la Seine, le tout agrémenté des couleurs de l’automne dans une ambiance conviviale tout au long du parcours. Ca c’est pour vous donner envie !

Le site de la course ici
La page Facebook  : ici
Le parcours :26km /+480mdenivelee-blog

Et Hélène justement avait besoin de faire du kilomètre tranquille en prévision de son grand trail prochain … Résultat; un superbe podium (2ème au scratch et 1ère catégorie) avec un finish digne d’un cross !

Place Nom Ville ou club Zone Cat Temps
25 BEAUCHET Adeline Versailles Triathlon SEF/83 1h53’49”
46 TANGAPREGASSAM Helene Ao Charenton I-F V1F/72 2h01’45”
49 LAHAUSSOIS Aimee Caes-cnrs V1F/71 2h02’05”
54 HURTEAUX Elise Us Roissy En Brie I-F SEF/81 2h03’57”
96 THIERRY Eglantine Senart Combs Brie Athlet I-F SEF/89 2h09’17”

Les résultats sur le site de la FFA: ici

img_4642 14448783_1165810256809069_3124970442555101005_n

La petite histoire racontée par Hélène : C’était une super course !!! J’ai jamais vu autant de bénévoles dans un bois ! Y’en avait à toutes les intersections : impossible de se planter de chemin !  Et ils avaient le sourire en plus 🙂 Les deux formats (11km et 26km) partaient en même temps, ce qui a rendu le départ un peu compliqué quand on se place derrière et qu’on fait 1m02 les bras levés. A la base, je cherchais à faire une sortie longue en sous bois, et je pensais que cette course allait me permettre de profiter du balisage et de toute l’organisation qui va avec.

Sur le premier km, j’ai dû remonter pas mal de concurrents avant d’avoir un peu plus d’espace et de pouvoir passer la seconde. Y’avait un peu de dénivelé mais beaucoup de portions bien roulantes, bref un parcours vraiment agréable dans les bois et qui plus est, complètement sec ! (Comme ça, je n’aurais même pas à nettoyer mes pompes !). Après 11 bornes, les 468 concurrents du petit format sont rentrés à l’écurie alors que ceux du 26, repartaient pour une grande boucle. A ce moment précis, on regretterait presque de s’être inscrit sur le grand format 🙂

Mais on n’était pas là non plus pour cueillir des pâquerettes ! Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer… Il ne restait maintenant plus que 380 concurrents sur le parcours. A chaque croisement de bénévoles, j’entendais la même rengaine “4ème fille, allez, elle n’est pas loin la 3ème, vas-y tu peux y aller !”. Une petite voix au fond de moi me disait “Laisse-les parler, fais ta course tranquille, t’es pas là pour te rentrer dedans…”. Mais si j’ai bien appris une chose aujourd’hui, que c’est vraiment mission impossible quand on porte un dossard : IM-PO-SSIBLE !

Alors quand j’ai aperçu une silhouette féminine à 100m devant moi, j’ai décidé de ne pas la lâcher de vue. On était alors au km22 (sur 25). Une grosse montée est arrivée, et là, erreur fatale pour elle : elle s’est mise à marcher ! Ça m’a bizarrement boostée. J’ai mis un p’tit coup d’accélérateur, l’ai dépassé et grosse chance pour moi, on a commencé à s’engager dans un long chemin étroit qui serpentait dans les fourrés. Résultat : impossible pour elle de m’avoir en ligne de mire (enfin c’est ce que je me suis dit…). Je me suis concentrée pour garder la même cadence. L’arrivée n’était plus très loin maintenant. C’est alors que nous avons débouché sur une grande piste, assez large pour faire passer une voiture et qui devait faire dans les 500m de long. Et là, que vois-je au loin ??? Une fille !!! Mais, mais…. ne serais-pas la deuxième ?

Mon sang n’a fait qu’un tour ! Je me suis gentiment approchée (quand je dis gentiment, je crachais légèrement la moitié de mes poumons). En tous les cas, j’ai essayé d’être la plus discrète possible… Et quand je suis arrivée 2m derrière elle, j’ai TOUT lâché !

Il restait un p’tit mur à franchir puis plus que 500 touts petits mètres avant l’arche de l’arrivée. Oui mais voilà, mes poumons ont continué à me lâcher et mes jambes en avaient marre de me porter. Mais c’était trop bête !!! Je n’allais pas lâcher maintenant ! Alors j’ai à nouveau tout donné…. Et j’ai réussi à passer l’arche avec beaucoup beaucoup de plaisir (y’a pas d’autre mot).

Je voulais ensuite dire un p’tit mot à la 3ème mais elle n’a pas voulu faire de commentaires au speaker et s’est barrée avant les podiums… :-/ Ça n’a rien gâché. Tout était super chouette ! Le soleil est même arrivé pour nous réchauffer !

Le Trail, petite introduction à la passion

Le Trail, petite introduction à la passion

Courir encore et toujours ! Marcher aussi…
Forrest Gump disait « j’ai juste envie de courir ».

Partant de ce constat, les azuréens ont ajouté « Partager la même passion au sein d’un même groupe, d’une même envie de sentier ». Pourquoi courir ? C’est la grande question. Et pourquoi si longtemps ? La plupart des gens nous considèrent comme « fous ».

Pourquoi courir ?

C’est la grande question. Et pourquoi si longtemps ? La plupart des gens nous considèrent comme « fous ».
Une personne ne comprenant pas le fait de courir pour le plaisir nous regardera comme des détraqués qui n’ont que ça à faire de leur temps. Car pour cette personne, courir est synonyme de souffrir. On entend souvent dire : « Vous courez après quoi ? A la limite, tu cours après un ballon, je veux bien, mais vous ? ». Mais malheureusement il me semble que ces gens n’ont pas conscience de la satisfaction que l’on a de passer la ligne d’arrivée après 50 ou 100 kms d’effort (voir beaucoup plus pour certains), sans souci de chrono, mais avec la fierté d’avoir résisté, et ce, quelque soit le niveau. C’est cette satisfaction que nous recherchons et qui nous récompense à 99.9%. Les 0.1% étant peut être un beau maillot Finisher, il est vrai.

Dans certains cas le chrono prend une grande part de la satisfaction à l’arrivée, sur des courses rapides ou pour des coureurs recherchant la performance. Mais pour notre part (et pour la plupart des trailers), notre principal souhait est de terminer (dans certains cas, c’est déjà une performance) et d’avoir profité au maximum des paysages, de chaque foulée, enfin bref d’avoir prit du plaisir. Donc au final, la déception est quasiment absente à condition de bien écouter son corps et de prévoir des courses à sa hauteur.

Et en tant que coureur, quand on voit les exploits de certains on ne peut être qu’admiratif. On ne se dit pas qu’ils sont fous, au contraire leurs aventures nous font rêver !!!!trail-1Une petite citation pour terminer : « Dans mon métier, je constate souvent que les gens qui n’ont jamais été malades ne connaissent pas le bonheur qu’ils ont d’être en bonne santé. Et dire qu’il y a des tas de gens avec des jambes en bon état et qui ne s’en serviront jamais pour courir …. »
Docteur M. Carcenac, extrait de spiridon.

La préparation

  • 3 à 4 joggings de 10-20 Kms / semaine afin de pouvoir courir 1h30/2h sans nous fatiguer (toujours être capable de parler).
  • La course en côte est également au programme car elle présente de multiples avantages. Elle fait travailler la résistance dont on a tant besoin pour les montées successives. Cette dernière permet également un travail de musculation bénéfique pour le cœur et les muscles : s’habituer à des fréquences cardiaques élevées (résistance) et se muscler les jambes pour un meilleur amorti au niveau des tendons réduisant notablement les tendinites.
  • Une grande sortie de quelques heures tous les 15 jours (avec sac à dos et équipement standard est à ajouter pour permettre de terminer une épreuve sans encombre (selon les organisateurs de trails…).

trail-2

Le matériel

Le tee-shirt

La frontale

Le sac à dos

 

Et les chaussures de trail…

 La casquette

 

 

 

 

Ps : Il faut ajouter à cela une réserve d’eau (1,5 litres) une petite veste en cas de temps incertain, une réserve alimentaire ( pâtes de fruits, TUC, gels, barres céréales etc…). Les bâtons de randonnées peuvent également aider pour monter plus facilement et soulager les articulations en descente.
Ps 2 : Un appareil photo !!!!!! (C’est quand même chouette la nature!)

Quelles courses ?

Tout dépendra de votre envie, mais trois formats sont proposés :

  • Le trail courte distance( inférieur à 40 kilomètres)
  • Le trail moyenne à longue distance ( de 40 à 80 kilomètres)
  • l’ultra-trail ( supérieur à 80 kilomètres)

Il y en a donc pour tous les goûts !  Avant de vous inscrire, il faut donc s’informer sur la distance mais aussi sur le dénivelé et la nature du terrain ( plus ou moins technique).

Le calendrier des Trails

http://www.calendrier.dusportif.fr/agenda-trail (pour les courses hexagonales),
Pour le reste du monde, choisissez un pays et google vous aidera;)

Pour conclure :Toutes et tous dans vos baskets (de trail) !