Historique du club

Hommage à Marc Anfreville

Arrivé à l’Azur Olympique à l’âge de 14 ans, Marc Anfreville a pratiqué presque toutes les disciplines de l’athlétisme : sprinteur (11″2/100m), hurdler (16″0/110 haies), lanceur (11.45m au Poids de 7kg), fondeur (16.800km/Heure)… Décathlète, il a réalisé un total de plus de 5800 points, toujours record du club.
En tant que dirigeant, en compagnie de Claude, Didier…, Marc a contribué à développer le club qui compte maintenant plus de 350 adhérents et développer ses infrastructures avec la création de la piste d’athlétisme Stéphane Diagana. Impliqué en tant que dirigeant au CDCHS du Val-de-Marne, il a œuvré au développement de la course hors stade et de l’athlétisme dans notre département et notre région.

Il est également le fondateur des Foulées charentonnaises en 1986, course maintenant incontournable du Val-de Marne et de l’Ile-de-France.

Marc nous a quitté brutalement un dimanche de janvier lors d’un entrainement. Il nous laisse un lourd héritage qu’il convient maintenant à tous de préserver.

Marc incarnait la générosité et l’altruisme, il restera à jamais l’image de notre club.

marc_anfreville

Un peu d'histoire

Ces renseignements nous ont été fournis par Bernard GUILLOUT avec lequel vous allez pouvoir faire connaissance dans les lignes qui suivent.

Ces premiers paragraphes sont appelés à être complétés progressivement. J’avoue être impatient de les faire partager, d’autant que l’on arrive à la fois au coeur et donc à la fin de notre courte saison estivale.

1947 – L’Union Sportive des Métallos du 12ème

Bernard se souvient donc…

“A la libération, il existait dans le 12ème arrondissement des usines métallurgiques importantes: Bardet, Roux, Combaluzier et d’autres encore. Les comités d’entreprise nouvellement créés veulent offrir au personnel de ces entreprises des structures de loisir, sportives notamment. C’est ainsi que se crée l’Union Sportive des Métallos du 12ème (1946/47). Personne dans les Comités d’entreprise n’ayant de compétence en sport, mon père qui participait à cette mise en place me demande si des entraîneurs de ma connaissance pourraient les aider.

J’étais Junior au CA Français (Club Athlétique Français?), un des meilleurs clubs du moment avec une dizaine de champions de France et Internationaux pour en gros 150 adhérents, cadets compris. C’est ainsi que Jo Mallejac, très bon coureur de 1500m et chargé des jeunes du CAF devient le premier entraîneur de l’USM12. L’activité débute avec une équipe féminine de basket. Un terrain et la piste de la porte de Charenton sont loués.
Au printemps 47, un embryon d’athlétisme FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail) apparaît, renforcé à l’occasion par des jeunes du CAF, notamment pour les épreuves de propagande sportive à l’initiative de l’office municipal des sports (OMS) du 12ème.”

BernardGuillout47

Mai 1947: Fête de l’OMS du 12ème
Bernard Guillout prend le témoin

1950 – L’Azur Olympique

“Mais l’activité du pays reprenant après la guerre, les entreprises en expansion partent en province et en banlieue et en 1950 l’USM12 n’a plus de raison d’exister. Entre temps, la CAF qui s’entraînait à la porte de Charenton a faute de moyens, lui aussi disparu. Je revenais de l’armée…

Avril 51: Première compétition à l’Azur
Monique Brochard au Poids

… Avec quelques rescapés de ces structures, nous formons un nouveau club: l’Azur Olympique. Les statuts en sont déposés à Paris, le club affilié à l’OMS du 12ème et à la FSGT. Mon père en est le président fondateur (en 1950?).
En Avril 51 eurent lieu les premiers interclubs féminins dont des photos subsistent parce qu’à l’époque, des photographes professionnels parcouraient les stades pour vendre leur travail.”

Chacun reconnaîtra le stade Léo Lagrange ci-contre et remarquera les premiers maillots de l’Azur.

Le club a donc démarré avec une composante féminine prépondérante que la photo ci-dessous présente. Pour l’entraînement, le stade Léo Lagrange est loué deux soirs par semaine ainsi que le dimanche matin, et les lancers se font à l’emplacement actuel des jeux de boule. Les moyens sont très limités avec des cotisations peu nombreuses et peu chères pour être accessibles. La subvention de l’OMS couvre l’achat des maillots, celle de la ville de Paris, la location du stade.

De gauche à droite, en haut: Liliane Raoul, Monique Brochard, R Elloy et Thérèse Frebet
En bas: R Demitra, Madeleine Bizet, Simone Gautier et ???
(Les noms sont ceux des maillots de l’Azur)

La première équipe masculine s’est formée en 1953. Jean Barros, un copain de classe de Bernard devenu professeur d’EPS envoie des élèves qui formeront une bonne équipe, tous nés autour de 1936. Ils partiront au moment de l’Algérie. Les voici, toujours au stade Léo Lagrange, avec un nouveau maillot frappé d’un grand “A” digne de nos débuts métallurgistes.

De gauche à droite: Wilbert Pinville, Siriex, Roblin, Lucien Jungels,
Bernard Guillout, Pelletier, Roland Renard, J Gosset